Elle s'appelle Adèle, Mortelle Adèle... Vous la connaissez ? (Quelle question !)

Héroïne aux couettes rousses adorée par les jeunes lecteurs, Mortelle Adèle est la digne héritière de la petite Sophie de la Comtesse de ségur, de la  Mafalda Sud-américaine, ou de la Fifi Bridacier de la suédoise Astrid Lindgren (largement censurée avant sa retraduction en 1995).

Le personnage créé par Antoine Dole en 2012, a dorénavant bien sa place dans l'histoire des enfants terribles de la littérature de jeunesse (et cela dès Pinocchio). Mortelle Adèle est aujourd’hui un véritable phénomène, et l'un des plus grands succès de la littérature jeunesse de ces dix dernières années.

Son créateur dit d’elle : “C'est une héroïne de son époque, une petite fille qui s'invente, qui se réinvente, avec tout le courage qu'il faut aujourd'hui pour être un enfant dans un monde d'adulte, qui n'hésite pas à désobéir, à déjouer et à refuser la norme qu'on lui impose. Une fille pleine de courage et d'imagination.”  Il prône dans ses gags le droit à la différence pour montrer aux enfants qui suivent ses aventures l’importance de s’affirmer et de s’aimer tel que l’on est.

Adèle est indisciplinée, voir même complètement chipie, ne cache pas son penchant pour les zombies, les loups-garous, les morts-vivants, les armes médiévales et tous les types d'explosif.
Cette petite peste tord le cou aux stéréotypes associés à la féminité.
Désireuse de tout comprendre, engagée dans la recherche scientifique, (autre forme de libération de l'action féminine), Adèle est d'une intelligence supérieure, mais elle l'emploie de préférence à commettre l'irréparable.  
Mais derrière cette apparence de diablesse se cache en réalité une petite fille touchante (euh, peut-être pas quand même…), pleine de spontanéité et d'authenticité. Elle a ainsi fondé dans son école le Club des bizarres, pour lutter contre les pestes de la cour de récréation, celles qui se moquent des élèves qui ne sont pas dans la norme.

Les parents en ont parfois un peu peur, ils ont accepté Adèle parce “qu’au moins, il/elle lit quelque chose”. Il est certain d’ailleurs que Mortelle Adèle fait partie de ces livres qui réconcilient certains enfants avec la lecture (La série se décline aussi en roman !)

Les répliques très percutantes, pleine de cynisme et d’humour noir plaisent aux enfants. Si on la prend au premier degré, Adèle peut être méchante, odieuse, etc. Mais cette série fait partie des livres qui font confiance aux enfants, à leur humour, à leur détachement. Pour eux, Adèle est mortellement drôle, mais aussi courageuse, elle dit ce qu'elle pense, Adèle n’a pas de filtre, elle dit des choses qui normalement ne se disent pas.

Vous l’aurez compris, William Crocodile l’adore, d’autant plus qu’elle rêve d’avoir un alligator comme animal de compagnie !
Pour retrouvez tous nos titres de Mortelle Adèle, c'est ici.